Les arts visuels à Madagascar sont peu représentés au niveau institutionnel. Une école d’art a été créée pendant la colonisation mais a fermé ses portes dans les années 80. Depuis, les artistes malgaches n’ont pas de réelle formation et apprennent à travers leurs propres pratiques. Ces artistes autodidactes doivent se battre ensuite pour être visible, car il n’y a ni musée national ni lieu formel d’exposition. Bien que l’éducation des arts figure dans le programme d’éducation nationale, il n’est de fait pas enseigné.

Confronté à ce contexte difficile, La Teinturerie a été créé comme un lieu pour les arts : un lieu de création, un lieu de diffusion et un lieu d’apprentissage et de rayonnement dans la ville.

Initié par des artistes plasticiens, les artistes de toute discipline se sont peu à peu intégrés à ce projet ce qui en fait un lieu artistique pluridisciplinaire unique à Antananarivo.

Les artistes associés à la Teinturerie sont engagés socialement. Ils créent à partir de problématiques sociales et politiques, ils débattent de différentes questions et ils collaborent avec des organisations de la société civile afin de les appuyer à la résolution de problèmes.

La teinturerie met en valeur le rôle social de l’artiste, en utilisant l’art comme moyen de mettre en lumière certaines problématiques, comme moyen de discuter de questions sensibles et complexes, en un mot, comme outil d'émancipation.